Tocardo

4 avril - J 19 - 78 kg. Enfin les vacances !

Publié le

Départ à 9 heures du matin pour éviter les bouchons !

Après un p’tit dèj copieux, la journée sera longue, nous partons enfin en vacances. Marre de ce confinement ! Cette année, nous avons choisi la nature comme cadre pour nos vacances. Qui plus est du camping ! Oui, avec les règles de confinement les locations touristiques sont impossibles dans de nombreux départements. Pas de souci... 3 tentes, pour 5 personnes, cela devrait le faire, large.

Je programme le GPS, et hop, c’est parti !

Bizarrement, avec ce premier jour de vacances scolaires, la route est étonnamment dégagée. Quelques voitures, mais rien d’inquiétant. Nous contournons le centre ville sans souci. Et puis c’est la double voie avant l’autoroute. Le rond-point avant l’entrée sur l’autoroute. Ah. Un contrôle routier. Un officier de la République me fait signe de stopper mon véhicule. J’obtempère.
- "Bonjour Monsieur, pourriez-vous me montrer votre attestation personnelle de déplacement dérogatoire ? s’il vous plaît".
- "Mais bien-sûr Monsieur l’agent", réponds-je, poli comme une émeraude de 12 carats. Je lui confie alors notre 5 laisser-passer dûment imprimés. Plus de 3 heures m’ont été nécessaires afin de faire fonctionner cette imprimante récalcitrante, mangeuse de feuilles A4. Des traces d’encre noire attestent encore sur ces documents officiels d’une lutte acharnée. Une guerre de tous les instants, durant laquelle chaque centimètre imprimé est gagnée au péril de mes nerfs. Ces 5 feuilles attestent d’une victoire sans précédent de l’homme sur la machine. C’est pourquoi ma fierté est sans égale quand je lui tend ces trophées. Une victoire acquise au péril de ma santé mentale. Bourrage papier est devenu même mon nouveau surnom à la maison.

Pas grand monde sur l’autoroute...
Pas grand monde sur l’autoroute... © Fotolia

L’officier me demande alors la raison de notre déplacement, en ayant du mal sans doute la lire, des accordéons sur les feuilles. La bataille du bourrage papier laisse ses traces... J’avais coché raison impérieuse de famille, puisque les vacances, c’est sacré. Je réponds donc sereinement, que nous partons en vacances, avec un clin d’œil de circonstance. J’avais pris soin d’indiquer le lieu de destination de nos vacances. L’officier semble me sourire, mais je ne suis pas sûr, il porte un masque. Il me souhaite une bonne route et me fait signe de circuler. C’est parti cette fois-ci pour de bon pour la route des vacances. Après seulement 20 minutes de trajet, nous arrivons sur le lieu de nos vacances. Je réalise alors que j’ai dû rouler terriblement vite. Je m’en excuse, je n’ai plus l’habitude de conduire.

Arrivée sur le lieu de nos vacances

Soleil radieux, vive les vacances au camping !
Soleil radieux, vive les vacances au camping ! © Fotolia

Certes cela ressemble étrangement à notre domicile, mais je rassure la famille, nous sommes en vacances. Même si ce lieu ressemble, je l’avoue, de façon surprenante à notre domicile habituelle, nous sommes en vacances. Cela n’a rien à voir. Nous nous installons donc directement sur la pelouse, personne dans ce camping, pas même quelqu’un pour nous accueillir. Dommage, mais bon, la piscine est bien là, l’eau et l’électricité. Tout est nickel. En plus la pelouse a été tondue récemment, je dirai hier. Comme chez moi du reste. J’aime bien que le jardin soit nickel quand je pars en vacances.

Première sortie pour se détendre

Une fois le campement installé, nous décidons donc de sortir un peu du camping, ce voyage en voiture nous a fatigué. Munis de nos attestations de sortie, nous commençons par un footing léger. Et incroyable, nous ne croisons que des connaissances, en premier lieu nos voisins, revenant d’une promenade ! Incroyable ! Quelle est la probabilité que nous nous retrouvions sur le même lieu de vacances sans s’êtes concertés auparavant ? Le hasard est assez fou. Nous leur demandons de loin (faut pas déconner quand même, le virus guette...), où sont-ils hébergés ? Et la réponse est sidérante, juste dans l’emplacement à côté du notre ! Juste dingue. Nous nous promettons donc de nous échanger quelques mots lors de l’apéro du soir, avec les applaudissements de 19 heures pour les pompes funèbres 19h30 pour les éboueurs, 20 heures pour les soignants, 20h30 pour les opérateurs Internet, 21 heures pour les postiers et 21h30 pour les boulangers et 22 heures pour les pharmaciens.

Premier BBQ ! Première émeute familiale

Camping oblige, ce soir ce sera BBQ... Bon certes, il fait un peu frais, début avril c’est normal. Et encore il a fait super beau ce jour. Allez c’est parti. Les vacances sont bien engagées... Mais voilà les enfants ont froid. ça râle. Ils me demandent si nous pouvons pas rentrer dans la maison juste à côté de notre emplacement. Ils disent que c’est notre maison. Ils sont dingues ces mômes ! Ils m’obligent à essayer ma clé de maison afin de valider le fait que ce serait notre maison... Mais n’importe quoi ! Voilà le résultat d’abus de séries sur Nelflix, ça donne des générations de Pablo. Et vous ne devinerez jamais... Ma clé a effectivement ouvert la porte de cette maison ! Mais franchement quelle est la probabilité pour que ma clé puisse ouvrir la porte de la maison du gardien du camping ! Juste incroyable !

Nous nous sentons comme chez nous, les vacances ont du bon !

J’ai laissé ma famille profiter gracieusement de la maison, visiblement, l’on si sent comme chez soi. Du coup, j’ai joué au loto via mon mobile, car je suis trop en veine en ce moment. Pourvu que cela dure ! Vive les vacances ! Adieu les soucis !

Vos avis sur le 4 avril - J 19 - 78 kg. Enfin les vacances !
2 votes
Notation : 5/5

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.