Trail de l’Aubetin 2020, Saint-Augustin (77)

Rappelez-vous. Il existait une époque durant laquelle des courses à pied étaient organisées. Ces temps anciens durant lesquels un virus de grippe ne faisait pas arrêter la planète entière... En ce 23 février 2020, après quelques tempêtes, un virus lié de près ou de loin à une marque de bière mexicaine, je devais honorer mon dossard auprès du trail de l’Aubetin.

Trail de l'Aubetin 2020, Saint-Augustin (77)

Départ Trail de l’Aubétin © Groupe Trail de l’Aubétin Facebook

Publié lundi 4 mai 2020, par Denis

Après Denis à St Denis de la Réunion sur la Diagonale des fous, voici Augustin de Bussy Running à St Augustin pour le trail de l’Aubetin. Il me fait découvrir cette aventure, à deux pas de notre ville de Bussy St Georges. C’est parti !

Trail de l’Aubetin

Le trail de l’Aubetin figurait dans mon planing d’entraînement, dont l’objectif majeur est l’ultra-marin de fin juin (baie de Morbihan), désormais annulé pour cause de grippe. Afin d’arriver à ces distances qui peuvent faire peur (177km), il est nécessaire d’y aller crescendo. C’est pourquoi, avec ces 28km, le trail de l’Aubétin est un bon début.

Une inscription à l’ancienne (formulaire papier + chèque)

Si, souvenez-vous, lors de vos premières courses c’était ainsi. Il fallait imprimer un formulaire, remplir au crayon de manière lisible et puis faire un chèque et poster le tout auprès d’une entreprise de couleur jaune. C’est le mode d’inscription du trail de l’Aubetin, et c’est bien ainsi. J’ai donc du aller acheter une imprimante, ouvrir un compte bancaire dans un établissement fournissant un chéquier, et retrouver un de ces vieux stylo à encre. Bref... Un vrai entraînement. Plaisanterie de côté, le coût modique de l’inscription, soit 12€ fait oublier toute cette démarche administrative. Fort heureusement, j’ai retrouvé un vieux chéquier datant de 1988 au fond d’un tiroir...

Bon à savoir : l’inscription sur place est possible, le matin même de la course. Cela évite de retrouver un de ces vieux timbre que l’on doit encoller avec sa langue... Ou toute autre partie de son corps. Il paraît qu’une éponge mouillée fait aussi l’affaire, mais quel intérêt ? Passons.

De nombreux formats de courses : 12km rando, 12 km, 20 km et 28 km trail. Que du bonheur !

Quelles chaussures mettre ? routes ou trails ?

C’est un problème de riche. Quand on a plusieurs paires de pompes, on ne sait laquelle mettre. Sur certains trails, des pompes de route suffisent largement lorsque le parcours est une suite de chemins roulant, à l’instar du trail du soldat de la Marne, à Meaux. J’avais pris soin de demander à mon compagnon d’infortune Augustin son avis. C’était sa 3e participation. Il est donc connu ici comme le loup blanc. Sans aucune hésitation, il m’a confirmé que si je n’envisageais pas de faire quelques doubles axels piqués, mieux valait chausser des trails. Soit. Il avait bien raison Augustin, un Saint à St Augustin.

Arrivé à 8h45 sur place, pour un départ à 9h15...

Rien ne sert de courir, il faut savoir partir à point. Comme souvent, ce sont ceux qui sont le plus proches de la course qui arrivent le plus en retard. A 35 minutes seulement de la maison, nous arrivons à l’arrache... En arrivant seulement 30 minutes avant le départ prévu de la course, un léger stress nous saisit. Il faut se garer dans un champs, chercher son dossard, déposer son sac à la consigne, faire pipi et s’échauffer. Avec ce timing serré, il convient de ne pas tout mélanger, faire pipi sur la table des dossards, échauffer la bénévole en charge des consignes, garer son sac dans le champ.

Récupérer le dossard, une efficacité éprouvée

Arrivés dans la salle des fêtes, lieu de remise des dossards, de la consigne et des vestiaires, une p’tite angoisse. C’est blindé. Mais après avoir ouvert les yeux, aucune file d’attente pour la remise des dossards. En 30 secondes, le tour est joué, nous sommes dans les tous derniers à réclamer nos dossards. Il est 9 h. Départ dans 15 minutes. Dépôt des sacs à la consigne, dans un sac poubelle fourni par l’organisation. C’est fluide. Simple. Pratique.

Allez, il reste à faire pipi et s’échauffer. Au final, je ferai un mini pipi (promis la prochaine fois, je prendrai des photos) et un mini échauffement, à l’échelle de mon pipi donc.

Le starter n’avait pas bu de café ?

En théorie, les trails format 20 et 28 devaient partir en premier. Après un contre-ordre, le 10 et le 12 devaient partir en premier, et puis, au final, tout le monde partira ensemble ? Non, les 10 et 12 après. Bref, le départ prévu à 9h15 est lancé à 9h30.

Top départ ! 3’45 sur le 1er km !

Ce trail est un entraînement dans le cadre de notre préparation long terme pour l’ultra-marin de cet été. Donc, nous ne sommes pas là pour nous mettre dans le rouge. 12km/h, ce serait bien. Top c’est parti !

Fidèles à notre plan, nous bouclons donc le 1er km en 3’45, soit 16km/h. En total accord avec notre plan de marche :) Comme d’habitude, nous sommes intenables, dès qu’un short s’agite devant nous, je ne sais pas quel réflexe s’active, mais il faut cavaler. On ne nous changera pas à nos âges.

Fort heureusement, mon manque de préparation en course rapide, me rappelle rapidement à l’ordre, le cardio à bloc, sans échauffement, 28 bornes à ce rythme s’annonce délicat. D’autant que nous sommes maintenant sur des chemins roulant. Rapidement notre vitesse baisse 15km/h, puis 14... vous connaissez les nombres suivants. Bref, pas un départ trop rapide.

Traversée de moulin !

Le parcours de ce trail est pour le moins sympa. Cerise sur le gel coup de fouet, nous devons traverser un moulin. Pas trop le temps de se déchausser, c’est parti pour crotter l’intérieur, il faut bien baisser la tête pour en sortir, afin de ne pas voir 36 chandelles.

Faut penser à baisser la tête lors de la sortie du moulin...
© Facebook/Orga Trail de l’Aubétin

Le long du morin ? ou bien

Le parcours est un peu boueux, mais rien de bien méchant. Les trails font leur petit effet et hormis quelques dérapages mal contrôlés, le tocard n’est pas allé au tapis. Le parcours en monotrace est assorti de nombreux virages. Pas le temps de s’ennuyer... Même si cette sorte est pour le moins fatigante.

Monotraces, chemins et villages...

Le parcours est varié, quelques zones boueuses pour nous rappeler que nous sommes en début d’année, mais rien de bien méchant. Et puis il faut bien se salir un peu... Les coureurs des différents formats de course sont maintenant sur le même parcours, et c’est un peu plus délicat, mais sans aucune gène au trafic. J’imagine que certaines boucles réservées au circuit des 29 km ont été escamotées par quelques concurrentes.

Fin de course plus difficile... Dépassement doublé
Le parcours en fin de course est plus délicat, aucune véritable côte, mais cela reste très variant, faux plat montant et descendant s’alternent. La fatigue n’arrange rien, après 2 heures de course, si l’alimentation n’a pas été correcte, c’est la baisse régime assurée. Je profite toujours des descentes pour reprendre de la vitesse, tandis que je tente de m’économiser au maximum durant les cotes. Nous dépassons de nouveau les concurrents engagés sur les autres formats de course. Eux aussi, ils sont viviblement marqués et nombre d’entre eux en sont à la marche.

Course plus courte que prévue

Il paraît que cela avait été annoncée. Compte-tenu des conditions météos pluvieuses des jours précédents, une partie du parcours étant non praticable, ce trail ne fera que 28 bornes à peine. L’arrivée est déjà là. Bref passage dans un petit ruisseau, histoire de laver les chaussures, et hop nous arrivons. Bien vu. Bon l’eau est un peu froide, mais cela ne dure pas bien longtemps, et puis à l’arrivée, une bonne bière nous attend !

Tocardo dans la petite rivière
© Facebook/Trail de l’Aubétin

Bien fatigué quand même à l’arrivée...

Le manque de compétition m’aura bien fatigué tout de même. L’éco trail de Paris devait être en ligne de mire, avant les 100km de Belvès et les 170km de l’ultra-marin. Les événements ont auront décidé autrement... Rien de grave, ce n’est que partie remise.

12e à l’arrivée

Arrivé 12e, on nous annonçait dans les 10 premiers, pas grave. Augustin ayant perdu sa chaussure dans la dernière descente boueuse (effet ventouse) me suit de peu, alors qu’il a été devant pendant pratiquement toute la course.

Résultats Trail de l’Aubetin 2020

PS : un grand merci aux bénévoles, parcours bien tracé. Les vestiaires chauffés sont au top, l’organisation et les bénévoles, plus qu’à la hauteur. Bref, un trail à découvrir sans modération, en 2021 !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

EcoTrail de Madrid 80km

En ce 9 novembre 2019, se courait l’écotrail de Madrid. Un parcours varié proposant le meilleur comme le pire. Le plus facile comme le plus (...)

Diagonale des Fous 2019 : El Tocardo survivant ! 2 nuits sans dormir n’empêchent pas de rêver !

Certaines courses imposent le respect et l’humilité. La Diagonale des Fous en fait partie. Cette épreuve a la capacité de rendre les plus grands de (...)

Montévrain 2019 : les 4 heures, quand endurance rime avec persévérance et bonne ambiance. Debrief.

Les 4 heures de Montévrain, c’est la course d’endurance d’excellence de la rentrée de la région de Marne-La-Vallée. En solo, en duo ou par équipe, tous (...)

Méribel Trail 2019, au-delà des nuages, un tocard marcheur aux championnats de France de trail

Ce samedi 10 août 2019 se courait le Méribel Trail, format 50km, support aux championnats de France de Trail Long. Attiré par les sommets, tel un (...)